Ils témoignent !


Ils témoignent !

1er Témoignage sur notre site :-) - Anonyme -

"Depuis toute petite, ma mère me disait de faire attention à mon poids. À 10 ans je mangeais des yaourts sans sucre (j’aimais cela donc pas dérangeant mais j’avais été initiée). Oui, j’étais ronde, je faisais quelques kilos de plus que mes copines mais rien de dramatique en fait, j’étais dans les courbes de croissances.

Comme beaucoup, j’ai hérité des vêtements de mes grandes sœurs et l’une d’elle ne manquait pas une occasion de me dire qu’elle était plus âgée que moi lorsqu' elle portait tel pantalon ou telle robe. Message peut subtil pour me dire qu’elle était plus mince que moi.

Mon cousin (1 an de moins que moi), avec qui je jouais souvent en dehors de l’école, me lançait quelques réflexions (il me traitait de baleine ou mammouth) mais il  était le seul et même si ça me touchait ce n’était pas tout le temps ; je le laissais de côté pour jouer avec sa sœur. J’étais mal dans ma peau mais pas par le regard de mes copains d’écoles, c’est surtout le regard que j’avais sur moi-même, et que j’ai toujours. Avec le recul je me rends compte que c’était ma mère et ma sœur, sans le vouloir bien sûr, qui me faisaient me sentir grosse.

Pendant toute ma scolarité j’ai donc eu quelques kilos en trop et une demie à une taille de plus en vêtements par rapport aux filles de mon âge (les demies tailles n’existent pas et pourtant j’ai toujours été entre deux tailles ce qui n’aide pas).

Finalement j’ai commencé à prendre du poids vers 20 ans. Je travaillais depuis 2 ans au Mcdo. C’était pas prévu, je devais y travailler 2 mois pendant les vacances d’été avant d’entrer en école d’infirmière mais la vie en  a décidé autrement.

Donc 2007 arrive, je poursuis des études par correspondance pour passer mon C.A.P. petite enfance. Par correspondance car je ne me voyais pas reprendre mes études et aller en cours avec des « gamines » de 16-18 ans. J’avais 20 ans. Je me sentais déjà vieille et de plus en plus mal dans ma peau.

J’ai pris 10kg sur 1 an environ.

La dépression était en train de s’installer sournoisement. Je consulte mon médecin qui me donne des antidépresseurs et un truc pour les bipolaires.

En 2009 je décide de prendre mon indépendance dans l’idée de que je pourrais sortir, voir mes amis plus facilement et que cela m’aiderai  à aller mieux. 

Erreur !

[Dans mes périodes les plus sombres, mes journées étaient monotones. Je passais tout mon temps dans mon lit. J’y mangeais. Quand je venais de faire les courses il y avait des plats tout prêt, des gâteaux, des crèmes dessert, après c’était les pâtes au fromage puis le pain sec sorti du congélateur. Pour le boulot j’avais un réveil 2 heures à l’avance pour me donner le temps de me réveiller, me laver et m’habiller.]

Finalement c’est 40 kg qui ont été pris sur environ 5 ans avec des paliers tous les 10 kg et une stagnation avant les 10 derniers.

J’ai arrêté de prendre du poids le jour où il aurait fallu que j’essaie un pantalon une taille encore au-dessus. Allez savoir pourquoi 52 ça passe,  54 c’était plus possible.

J’ai commencé l’aquagym en 2014. Ça fait du bien ! Dans l’eau les kg disparaissent, enfin pas complètement je flotte beaucoup plus, je trouve, ce qui n’est pas toujours facile pour ce sport.

En 2017, je croisais Gwen (notre présidente) qui faisait de la natation avant mon cours le mercredi. En janvier (donc 2018, nous parlons en année scolaire depuis le début, il faut le savoir !), après 1 mois d’absence de sa part, je lui demande où elle était passée. Elle me parle donc du Logis des Francs : c’est génial franchement, c’est vachement adapté, bien encadré, on aborde tous les problèmes de l’obésité, c’est super je te le recommande.

L’idée trotte dans ma tête surtout que j’avais fait des recherches pour ce genre de centre mais n’avait trouvé que des établissements pour enfant.

Donc au printemps j’en parle à mon médecin, qui en a entendu parler, et qui me le conseil vivement.

Ainsi en août j’effectue un séjour de 4 semaines au logis des Francs. J’y apprends beaucoup de choses, surtout sur moi-même. J’y perds environ 3 kg (leurs balances et la mienne ne sont pas d’accord alors je fais une moyenne)

De retour chez moi, j’applique ce que j’ai appris. Pour la première fois de ma vie, je ne passe pas mes journées à penser à ce que je vais manger, ni quand, où, comment ?

 Au moment du repas,  je réfléchis à ce qu’il me faut, ce que j’ai et ce qui me fait envie. Et hop, en cuisine !

Nickel, tout va bien.


L’automne arrive, le changement d’heure. Le soleil se cache, la température chute ainsi que mon moral.

Le plan alimentaire est mis à mal mais j’arrive tout de même à ne pas reprendre de poids. C’est positif !

Mon objectif perte de poids ne sera pas atteint aussi rapidement que prévu mais je ne baisse pas les bras.

J’ai la chance d’être entourée par les membres de cette superbe asso et même si, jusqu’à  aujourd’hui, je ne m’étais pas beaucoup livrée à eux, leurs présence et leurs progrès me motive.

A plusieurs on est plus fort, alors n’hésitez pas a nous rejoindre. Ici il n’y a pas de jugement, juste des encouragements et de l’entre-aide."


Merci pour ce témoignage émouvant qui montre que les problèmes de poids peuvent venir de loin, et qu'il ne faut pas juger sans savoir ce que quelqu'un à pu vivre !

Merci à cette personne de s'être livré !

L'équipe A.L.C.O.